mercredi 26 février 2020

 

A la faveur du congrès du MNLA, tenu la semaine dernière à Kidal, le chef du bureau de la MINUSMA, Christophe Sivillon, a prononcé des propos séparatistes en dissociant Kidal du Mali. Cette déclaration a fait le buzz sur les réseaux sociaux et dans les milieux politiques.

C’est ainsi que l’Assemblée nationale, le FSD de Soumaila Cissé et plusieurs associations ont dénoncé les propos malveillants du représentant de la MINUSMA dans la capitale de l’Adrar des Ifoghass.

Pour sa part, le ministre des affaires étrangères, Tiébilé Dramé, a appelé le même jour le représentant de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif pour protester contre ces propos et réclamer la tête du français Christophe Sivillon. Le ministre Tiébilé s’est montré,  nous-a-t-on dit, intraitable sur la question. Selon de source digne de foi, l’ONU est en train de lui chercher un remplaçant.

e n’est pas tout : Tiébilé Dramé  a tenu à convoquer successivement le représentant de la MINUSMA,  Mahamat Saleh Annadif et Mme Baranga Gassarabwé, représentante spéciale adjointe du secrétaire général des Nations Unies. Au cours de leurs rencontres avec le chef de la diplomatie malienne, les deux personnalités ont reconnu le « caractère inacceptable » des propos tenus par le chef de bureau de la MINUSMA de Kidal.

Dans un communiqué rendu public par le service de l’information et de la presse du département des Affaires étrangères, il ressort que la MINUSMA « s’est engagée à prendre les mesures immédiates proportionnelles à la gravité des faits ». Elle s’est aussi engagée à veiller afin que de tels actes ne se reproduisent plus. Le  limogeage imminent du français Christophe Sivillon se dessine in fine.  A suivre

El Hadj Chahana Takiou
 
Source: 22 Septembre

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle