mercredi 17 juillet 2019
UN FAUX DOCTEUR ARRÊTÉ PAR LE COMMISSARIAT DE POLICE DU 2ÈME ARRONDISSEMENT DE KATI

UN FAUX DOCTEUR ARRÊTÉ PAR LE COMMISSARIAT DE POLICE DU 2ÈME ARRONDISSEMENT DE KATI

  De son vrai nom Mamadou Diakité (Déclarant transitaire selon lui-même), né vers 1982 à Bougouni, fils de feu Karim et de Maimouna Sylla, est un usurpateur d'identités opérant dans le domaine de la...
Il n'y aura pas de monnaie unique de la Cedeao en 2020 : Le Pr. Mamadou Koulibaly explique pourquoi [vidéo]

Il n'y aura pas de monnaie unique de la Cedeao en 2020 : Le Pr. Mamadou Koulibaly explique pourquoi [vidéo]

  Vivement escomptée à travers la mise en circulation de la monnaie unique des 15 pays membres de la CEDEAO qui permettrait de tourner définitivement la page du F.CFA, monnaie coloniale et de...
UEMOA : en 2020, l’ECO remplacera le CFA, en gardant la parité avec l’Euro, a déclaré le Président ivoirien Alassane Ouattara

UEMOA : en 2020, l’ECO remplacera le CFA, en gardant la parité avec l’Euro, a déclaré le Président ivoirien Alassane Ouattara

Abidjan- Au cours d’un point de presse au terme de la 21ème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), le 12 juillet 2019 à Abidjan, le...
Mali : Daoudabougou, le bar « Sam » entièrement brûlé par une foule en colère

Mali : Daoudabougou, le bar « Sam » entièrement brûlé par une foule en colère

  Face aux nombreuses atteintes aux mœurs et surtout la présence de plus en plus massive des filles de joie d’origine nigériane au bar « Sam », situé à moins de 300 mètres à la ronde de certaines...
  Zinédine zidane endeuillé par le décès de son frère

Zinédine zidane endeuillé par le décès de son frère

Le Français, entraîneur du Real, a perdu l’un de ses frères, Farid, décédé après une longue maladie. Une information confirmée par le...
Missiles de l’armée française en Libye : Tripoli veut des explications « urgentes » de Paris

Missiles de l’armée française en Libye : Tripoli veut des explications « urgentes » de Paris

La France a reconnu, mercredi, que les armes découvertes sur une base désertée par les forces du maréchal Khalifa Haftar, près de Tripoli, lui appartenaient.
Somalie : 26 morts dans l'attaque d'un hôtel de Kismayo par des shebab

Somalie : 26 morts dans l'attaque d'un hôtel de Kismayo par des shebab

Au moins 26 personnes ont été tuées et 56 blessées dans l’attaque par les militants islamistes shebab d’un hôtel de la ville portuaire de Kismayo, dans le sud de la Somalie, au terme d’un siège qui a...
Blocage de réseaux sociaux au Tchad : Déby lève les restrictions

Blocage de réseaux sociaux au Tchad : Déby lève les restrictions

Le président du Tchad Idriss Déby Itno a annoncé samedi la levée des restrictions sur les réseaux sociaux, bloqués depuis plus d’un an pour « des raisons sécuritaires » par les...
Mopti: Détournement à ciel ouvert de 8 000 tonnes de vivres offert par le PM lors de son déplacement dans le centre du pays

Mopti: Détournement à ciel ouvert de 8 000 tonnes de vivres offert par le PM lors de son déplacement dans le centre du pays

Selon le Président de l'association Saghan Cire (Jeunesse de Mopti) Hamadoun Bah, il ya Scandale et détournement de dons dans la région de Mopti. Les 8000 tonnes de vivres accordées par PM lors de...


Mère d’un garçon et âgée de vingt-quatre ans, Adama Konaté, est une chauffeure de SOTRAMA sur la ligne de Boulkassombougou en Commune I du district de Bamako. Elle pense qu’il n’y a pas de sot métier et se bat pour subvenir à ses besoins.
Le WAGADU: Depuis quand exercez-vous ce métier ?
Adama Konaté:
J’ai fait beaucoup de chemin avant de devenir une chauffeure de SOTRAMA. J’ai abandonné l’école en classe de 9ème année au profit du basketball. J’ai joué pendant neuf ans dans le club ACE CI. J’ai passé cinq ans à apprendre le métier dont trois ans dans les Sotrama. Je conduis depuis près de deux ans.
Vous exercez une activité réservée très généralement aux hommes. Quels sont vos rapports avec ceux-ci ?
Je n’ai aucun problème avec les hommes. Nous sommes tous pareils. Nous partageons à ce titre beaucoup de choses. Ils sont bienveillants à mon égard.  
Votre véhicule vous appartient-il, sinon quelles sont vos relations avec votre patron ?
Le véhicule ne m’appartient pas. Je travaille avec Adrahamane, mon patron. Je n’ai jamais eu de problème avec lui. C’est lui qui m’encourage tous les jours à travailler davantage. Il pense que j’ai l’amour du métier et que je peux devenir une grande chauffeuse. Je fais souvent l’«Américain» (Ndlr : remplacer un chauffeur pendant quelques heures).
Comment arrivez-vous à concilier la vie familiale avec cette activité ? Quelles sont les difficultés ?
Je ne suis pas mariée et je vis avec mes parents qui ne sont pas contre mon travail. La seule difficulté dans ce métier, pour moi, c’est de travailler avec quelqu’un d’autre. Car si tu n’as pas ton propre véhicule, tu ne gagnes pas assez d’argent. C’est bien loin l’époque où les chauffeurs gagnaient suffisamment d’argent. Les chauffeurs travaillent maintenant dans la précarité. On vit au jour le jour.
Quelles sont vos perceptives ?
Mon souhait, c’est d’avoir un bon mari qui m’aimerait comme telle, et qui m’achèterait un véhicule et m’encouragerait dans mon travail. Je souhaite aussi former d’autres jeunes.
Avez-vous un message à l’endroit des jeunes filles qui veulent apprendre ce métier ?
Je lance un appel à toutes les jeunes filles du Mali de se lever pour se mettre au travail. Il n’y a pas de sot métier. Je demande aussi aux  autorités de bien vouloir m’aider afin que je sois un modèle pour les autres jeunes filles.    
Interview réalisée par Fatim B. Tounkara

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

L'actu en boucle