mercredi 17 juillet 2019
UN FAUX DOCTEUR ARRÊTÉ PAR LE COMMISSARIAT DE POLICE DU 2ÈME ARRONDISSEMENT DE KATI

UN FAUX DOCTEUR ARRÊTÉ PAR LE COMMISSARIAT DE POLICE DU 2ÈME ARRONDISSEMENT DE KATI

  De son vrai nom Mamadou Diakité (Déclarant transitaire selon lui-même), né vers 1982 à Bougouni, fils de feu Karim et de Maimouna Sylla, est un usurpateur d'identités opérant dans le domaine de la...
Il n'y aura pas de monnaie unique de la Cedeao en 2020 : Le Pr. Mamadou Koulibaly explique pourquoi [vidéo]

Il n'y aura pas de monnaie unique de la Cedeao en 2020 : Le Pr. Mamadou Koulibaly explique pourquoi [vidéo]

  Vivement escomptée à travers la mise en circulation de la monnaie unique des 15 pays membres de la CEDEAO qui permettrait de tourner définitivement la page du F.CFA, monnaie coloniale et de...
UEMOA : en 2020, l’ECO remplacera le CFA, en gardant la parité avec l’Euro, a déclaré le Président ivoirien Alassane Ouattara

UEMOA : en 2020, l’ECO remplacera le CFA, en gardant la parité avec l’Euro, a déclaré le Président ivoirien Alassane Ouattara

Abidjan- Au cours d’un point de presse au terme de la 21ème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), le 12 juillet 2019 à Abidjan, le...
Mali : Daoudabougou, le bar « Sam » entièrement brûlé par une foule en colère

Mali : Daoudabougou, le bar « Sam » entièrement brûlé par une foule en colère

  Face aux nombreuses atteintes aux mœurs et surtout la présence de plus en plus massive des filles de joie d’origine nigériane au bar « Sam », situé à moins de 300 mètres à la ronde de certaines...
  Zinédine zidane endeuillé par le décès de son frère

Zinédine zidane endeuillé par le décès de son frère

Le Français, entraîneur du Real, a perdu l’un de ses frères, Farid, décédé après une longue maladie. Une information confirmée par le...
Missiles de l’armée française en Libye : Tripoli veut des explications « urgentes » de Paris

Missiles de l’armée française en Libye : Tripoli veut des explications « urgentes » de Paris

La France a reconnu, mercredi, que les armes découvertes sur une base désertée par les forces du maréchal Khalifa Haftar, près de Tripoli, lui appartenaient.
Somalie : 26 morts dans l'attaque d'un hôtel de Kismayo par des shebab

Somalie : 26 morts dans l'attaque d'un hôtel de Kismayo par des shebab

Au moins 26 personnes ont été tuées et 56 blessées dans l’attaque par les militants islamistes shebab d’un hôtel de la ville portuaire de Kismayo, dans le sud de la Somalie, au terme d’un siège qui a...
Blocage de réseaux sociaux au Tchad : Déby lève les restrictions

Blocage de réseaux sociaux au Tchad : Déby lève les restrictions

Le président du Tchad Idriss Déby Itno a annoncé samedi la levée des restrictions sur les réseaux sociaux, bloqués depuis plus d’un an pour « des raisons sécuritaires » par les...
Mopti: Détournement à ciel ouvert de 8 000 tonnes de vivres offert par le PM lors de son déplacement dans le centre du pays

Mopti: Détournement à ciel ouvert de 8 000 tonnes de vivres offert par le PM lors de son déplacement dans le centre du pays

Selon le Président de l'association Saghan Cire (Jeunesse de Mopti) Hamadoun Bah, il ya Scandale et détournement de dons dans la région de Mopti. Les 8000 tonnes de vivres accordées par PM lors de...


Dépense à outrance du PDG, Seydou Nantoumé, sans tenir compte de la trésorerie de la société, mauvaise gestion du personnel. Il est temps de faire la restructuration du groupe Toguna avec un plan de redressement nécessaire afin d’éviter la faillite de ce géant de l’agro-industrie malienne, ‘‘confrontée depuis des mois à des difficultés caractérisées globalement par une gestion opérationnelle peu efficace ainsi que par de très fortes tensions de trésorerie et des comptes qui sont déséquilibrés”.
Mais que se passe-t-il en fait au sein de cette grande société située dans les encablures de la zone aéroportuaire de la capitale ? Difficile de le dire avec exactitude, car les consignes sont fermes de ne rien dire aux hommes de média. Une chose est sûre : le feu couve au sein de cette société, pour la simple raison que les pratiques mafieuses et de chantage ont pignon sur rue à TOGUNA en ce moment.
Sans toutefois être dans le rouge, la société Toguna Agro-industrie est aujourd'hui, à la croisée des chemins. Comment concilier impératif économique et actions sociales ? Voici l'épineuse équation que doit résoudre l'équipe dirigeante de Toguna, surtout son PDG.
L'histoire de Toguna se confond avec celle du monde paysan malien via l’engrais depuis 2007. Si jusqu'à un passé récent, cette société d’engrais avait fière allure, ce n'est plus le cas depuis quelque temps. Même s'il n'y a pas péril en la demeure et que la situation n'est pas extrêmement alarmante, il va falloir, parer au plus pressé. Et éviter ainsi le pire. Les difficultés actuelles de Toguna sont énormes et ce sont les pauvres travailleurs qui risquent de prendre les pots cassés.
Qu’est-ce qu’il a bien puis se passer pour que cette société mette à la porte plus de 200 employés ? Selon nos informations, le PDG du groupe en fait un peu de trop dans ses dépenses excessives, lors des cérémonies où il est le parrain. Sans oublier qu’il injecte dans des dépenses sans prendre le temps de faire une étude fiable de rentabilité. Comme ce fut le cas récemment de l’université de Bandiagara, où l’opérateur économique a mis la main dans la poche sans y réfléchir.
Certes une entreprise à un moment donné se lance dans la dimension sociale, mais pour y parvenir il faudra bien murir cette initiative, afin que cela n’impact pas sur la bonne marche de la société.
Avec cette première vague de licenciement, certains travailleurs commencent à se poser des questions sur l’avenir de leur boulot et celle de leur entreprise. Surtout que le monde de l’engrais dans notre pays est libéralisé donc la concurrence est très rude. Il faudra un bon coaching pour se hisser au sommet, toute chose qui manque au boss Seydou Nantoumé de Toguna.
Mais l’enthousiasme et la détermination d’antan des travailleurs, la prodigalité du chef de l’entreprise citoyenne restent aujourd’hui de beaux souvenirs à Toguna agro-industrie. La tristesse a gagné certains travailleurs de l’usine d’engrais qui fonctionne au ralenti, les activités étant réduites.
La société vit au rouge et à besoin d'une cure de jouvence. Les difficultés de l'usine Toguna se répercutent sur les employés en particulier, et sur la population de Bamako en général.
En effet, ces difficultés empêchent l'usine de fonctionner normalement et d'améliorer les conditions de vie et de travail de ses employés. Cela met donc les employés dans une situation de précarité et, empêchent ceux-ci de répondre à leurs besoins dont les besoins alimentaires, la scolarisation de leurs enfants, l'accessibilité aux soins de santé etc. Il urge donc de sauver ce géant de l’engrais, qui au fil des années est en train de devenir une simple caisse de résonance.
A suivre !
Paul N’GUESSAN

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

L'actu en boucle