lundi 26 août 2019
Côte d’Ivoire : le roi du coupé-décalé DJ Arafat est décédé

Côte d’Ivoire : le roi du coupé-décalé DJ Arafat est décédé

  Victime d'un accident de moto dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août à Abidjan, l'artiste ivoirien Ange Didier Huon - alias DJ Arafat - est mort des suites de ses blessures dans une clinique...
QUARTIER-MALI : LES HABITANTS S’OPPOSENT À LA CONSTRUCTION D’UNE STATION D’ESSENCE

QUARTIER-MALI : LES HABITANTS S’OPPOSENT À LA CONSTRUCTION D’UNE STATION D’ESSENCE

Les habitants du Quartier Mali, en Commune V du district de Bamako, ont organisé un sit-in, mardi 30 juillet 2019, pour dénoncer la construction d’une station d’essence en plein milieu des...
Mali : une vingtaine de morts dans une série d’attaques au centre du pays

Mali : une vingtaine de morts dans une série d’attaques au centre du pays

  Au moins 20 personnes ont été tués lors d’attaques perpétrées mardi et mercredi dans les communes de Goundaka et Sangha, dans le cercle de Bandiagara, au centre du Mali, a-t-on appris jeudi auprès...
 Chronique du Mali : les avions cloués au sol, qui est le coupable ?

Chronique du Mali : les avions cloués au sol, qui est le coupable ?

  Notre rêve de Maliens se transforme une fois de plus en cauchemar, et c’est le pire des sommeils quand dans notre rêve, il est question de remettre solidement sur ses jambes, notre armée, et de lui...
Assemblée générale élective de la FEMAFOOT du 29 août: Le Ministre Harouna Modibo Touré en passe de réussir là où ses prédécesseurs ont échoué

Assemblée générale élective de la FEMAFOOT du 29 août: Le Ministre Harouna Modibo Touré en passe de réussir là où ses prédécesseurs ont échoué

Après le compromis des acteurs du football malien sur les statuts et règlement de la Fédération Malienne de Football (Femafoot) et autres textes régissant les activités du football, lors de...
Hôpital Gabriel Touré : colère et indignation après l’amputation du bras d’un nouveau-né suite à « une erreur médicale »

Hôpital Gabriel Touré : colère et indignation après l’amputation du bras d’un nouveau-né suite à « une erreur médicale »

L’Amputation du bras d’un nouveau-né suscite colère et indignation au sein l’opinion nationale. Pour certains, trois nouveaux nés auraient été amputés du bras à l’hôpital Gabriel Touré. C’était à la...
Communiqué du Gouvernement relatif aux attaques de plus en plus fréquentes dans la région de Mopti

Communiqué du Gouvernement relatif aux attaques de plus en plus fréquentes dans la région de Mopti

Le Gouvernement de la République du Mali constate avec amertume que malgré les nombreuses missions de conciliation et les multiples campagnes de sensibilisation, des individus incontrôlés continuent de...
Niska: Les révélations chocs sur sa relation avec Aya Nakamura

Niska: Les révélations chocs sur sa relation avec Aya Nakamura

C’est une histoire qui fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Il y a quelques jours, une ex-copine de Niska a révélé lors d’une conversation sur WhatsApp qu’elle attend un enfant du...
UN FAUX DOCTEUR ARRÊTÉ PAR LE COMMISSARIAT DE POLICE DU 2ÈME ARRONDISSEMENT DE KATI

UN FAUX DOCTEUR ARRÊTÉ PAR LE COMMISSARIAT DE POLICE DU 2ÈME ARRONDISSEMENT DE KATI

  De son vrai nom Mamadou Diakité (Déclarant transitaire selon lui-même), né vers 1982 à Bougouni, fils de feu Karim et de Maimouna Sylla, est un usurpateur d'identités opérant dans le domaine de la...


Candidat malheureux à la présidentielle et ancien ministre, Me Mohamed Aly Bathily proteste l’arrêt de la Cour constitutionnelle sur les résultats définitifs du 2 e tour de la présidentielle. « La Cour constitutionnelle a violé ses propres textes. Nous saisissons la Cour suprême de ne pas valider la prestation de serment d’IBK pour violation des articles 72, 77, 78 du code de procédure pénal», promet-il.   
Difficile jeu d’équilibre entre le candidat malheureux à la présidentielle et ancien ministre, Me Mohamed Aly Bathily et la Cour constitutionnelle sur l’aspect juridique du processus électoral. Pour lui, le droit constitutionnel est un pant important de la vie de l’Etat de droit, et il met un accent sur la démocratie. La cour constitutionnelle est le juge de l’élection, explique-t-il, ajoutant qu’elle est tenue au respect des textes en vigueur. « Si les textes sont violés, la démission d’office de ses membres est constatée. Il n’est pour un candidat de l’annoncer. Parce que l’article 8 de la cour est clair. Ce n’est pas une institution qui a un vide juridique », affirme-t-il.
Me Bathily pense qu’il y a quand-même quelque chose de très étonnant. « Nous avons rencontré le ministre de l’Administration territoriale et la Décentralisation sur le cas des procurations qui avaient été frauduleusement attribuées aux citoyens. Le ministre a demandé l’avis de la cour constitutionnelle sur la situation. C’est là que la présidente de la cour a autorisé les procurations à l’échelle communale. Alors que l’avis de la président ne doit prévaloir la loi. Donc elle a pris parti... »
« Le respect des articles 72, 77, 78 du code pénal »
 C’est ainsi que le Premier ministre avait instruit de revenir à la loi à travers une lettre. « Fort de ses constats, la Cour constitutionnelle n’avait plus mandat à se prononcer sur les requêtes électorales. « C’est une obligation de constater parce que ce n’est pas facultatif. Elle n’a pas agi, laissant Manassa Danioko lire l’arrêt sur les résultats définitifs du 2e tour de la présidentielle du 12 aout. Une fois qu’elle proclame les résultats dans ce contexte, il devrait y avoir d’autres dispositions puis qu’il n’y a rien de vide dans les cas de forfaiture. L’arrêt de la cour est une coalition de fonctionnaire contre l’Etat. C’est pourquoi nous, Me Mohamed Aly Bathily, Me Mountaga Tall, Mamadou Traoré, Choguel K. Maiga, Soumaila Cissé, Moussa Sinko Coulibaly, Dramane Dembélé…ont saisi la Cour suprême. Un pôle d’avocat est constitué pour le respect des articles 72, 77, 78 du code de procédure pénal », dit-il.
Il faut que la Cour suprême veille au respect de la loi. « Le premier responsable ne doit pas violer la loi fondamentale. Le combat des Maliens doit être pour le respect de la loi. Ce n’est pas le combat de Soumaila Cissé. Il y va au-delà. Si nous avançons à l’allure, nous serons dans une démocratie trisomique. Un chef n’est pas exonéré des lois… »
« IBK sollicité pour le respect de son serment »
 « Je demande au président IBK de respecter son serment du 4 septembre 2013. Seul IBK peut sauver la République en respectant la loi fondamentale. Sarkasy, Chirac…sont jugés en France pour le respect des lois, pourquoi pas Mali. Je soutiendrais ce combat juridique, même s’il est favorable à Soumaila Cissé aujourd’hui. Nous saisissons la cour suprême pour ne pas valider la prestation de serment d’IBK », ajoute-t-il.
Bréhima Sogoba  

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

L'actu en boucle