mercredi 21 novembre 2018


Dans le cadre de la troisième journée des éliminatoires de la coupe d’Afrique des Nations, Cameroun 2019,  le Aigles du Mali ont été contraints à un nul vierge par les Hirondelles du Burundi. La rencontre s’est jouée le vendredi  au stade du 26 mars de Bamako.


Zéro but partout. Les Hirondelles  ont tenu la dragée haute à des Aigles méconnaissables. L’équipe dirigée par Mohamed Magassouba, sélectionneur par intérim, était très mal organisée  et mal inspirée avec des joueurs trop individualistes.
 Excepté les dix premières minutes, jamais les Maliens n’ont donné l’impression de remporter le gain de la partie. Jouant à cinq derrière, la défense burundaise à passer une soirée relativement tranquille. Le coach malien n’a pas réussi à contourner le système ultra défensif mis en place par son alter égo burundais.  Incapables de créer du surnombre, les attaques des Aigles ont a chaque fois  été enrayé par un pied burundais. Le gardien des Hirondelles n’a pratiquement pas fait grande chose sauf à la 9e minutes où il était obligé de se détendre de tout son long pour sortir un coup franc d’Ives Bissouma.  C’est d’ailleurs la seule véritable occasion des Maliens en première mi-temps.
La seconde période a été pire. Aucun tir cadré, la bande à Djigui a rendu une pâle copie. Le pénalty raté  par le capitaine Abdoulaye Diaby dans les ultimes minutes du temps réglementaire en est l’illustration parfaite. Celui-ci, tel amateur, a envoyé le ballon dans les nuages. Une balle dont on recherche encore.
A la fin de la rencontre, le sélectionneur du Burundi Niyungeko Alain Olivier s’est réjouit du point pris à Bamako. Toutefois, il a affirmé ne pas être surpris du résultat. Pour le match retour qui se jouera le mardi à Bujumbura, Niyungeko Alain Olivier a indiqué vouloir tout mettre en œuvre pour remporter les trois points de la victoire.
Pour sa part, Mohamed Magassouba, sélectionneur par intérim du Mali,  a indiqué que ses poulains ont eu l’occasion de  tuer le match dès la première mi-temps. Il a cependant regretté le manque d’efficacité de ses joueurs. Cette contre-performance s’explique selon lui par la jeunesse de l’équipe malienne.  Un argumentaire  cousu de file blanc qui n’a pas convaincu grand monde. Car les raisons sont à chercher ailleurs, notamment dans son mauvais choix tactique et sa gestion des changements.
Sinon comment expliquer qu’un joueur comme Moussa Djenèpo n’a réussi à faire qu’un seul centre durant les soixante dix minutes  qu’il a passé sur le terrain ? Même chose Hamari Traoré, habitué à faire des centres. Comment expliquer le maintien sur le terrain d’Abdoulaye Diaby?
Pour le match retour, Mohamed Magassouba estime qu’il sera ouvert. « Nous ferons une bonne utilisation de notre temps fort », a-t-il promis.
Avec ce match nul,  les Aigles se compliquent la tâche. Ils voient le Gabon revenir dans la course  qui a battu à domicile le Soudan du Sud par 3 buts à 0. La prochaine journée qui sera jouera le mardi 16 octobre, le Burundi accueille le Mali tandis que le Soudan du Sud offrira son hospitalité au Gabon.
Après trois journées, les Aigles occupent la tête du classement avec Sept points, suivis du Burundi cinq points, le Gabon quatre points et le Soudan du Sud avec zéro point ferme la marche. Les deux premiers de la poule seront qualifiés pour la CAN.

Abdrahamane Sissoko

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle