lundi 25 mars 2019

Dans une vidéo publiée le 16 février sur Twitter, une femme enchaîne une impressionnante série de figures avec un ballon de foot. Dans la foulée, le président des États-Unis, Donald Trump, a partagé la vidéo sur Twitter, la qualifiant d’ "incroyable".

Interviewée dans les rues de Lilongwe, la capitale du Malawi, la jeune Tanzanienne de 29 ans a expliqué se produire dans la rue pour subvenir aux besoins de ses enfants.

Hadhara Charles Mjeje, 29 ans, a "cassé Internet" avec ses jongles, qu’elle enchaîne chaussée de tongs et vêtue d’une longue jupe dans les rues du centre-ville de Lilongwe.

Depuis la publication d’une première vidéo, le 16 février, d’autres images de ses exploits ont émergé. À chaque fois, la jeune Tanzanienne a rassemblé autour d’elle une petite foule qui l’applaudit et lui donne quelques billets pour rétribuer sa performance.
Sur les réseaux sociaux, au-delà des réactions impressionnées, de nombreux internautes ont souligné que cette femme très talentueuse ne vivrait pas dans les mêmes conditions si elle était née dans une autre région. C’était le sens du commentaire d’Akin Sawyer, l’internaute qui a rendu cette vidéo virale : "Le talent est distribué de façon égale, pas les opportunités"

D’autres comme Phumzile Mlambo, directrice exécutive d’ONU Femmes, ont vu dans ces images un message féministe : "Le talent n’a pas de genre"

Le président des États-Unis Donald Trump a simplement lancé sur Twitter : "Incroyable !"

    Certaines personnes pensent que j’ai recours à la magie noire, mais c’est faux. Il n’y a rien dans ce ballon. J’utilise mon talent, que j’ai développé avec l’expérience accumulée ces six dernières années.

    J’ai commencé à jouer au foot parce que je rencontrais des problèmes avec mes enfants. Je suis allée en Afrique du Sud, au Gabon, au Cameroun, en Éthiopie, au Malawi, au Kenya et aussi au Mozambique.

    J’admire les joueurs de plusieurs équipes, notamment Messi, Cristiano Ronaldo et Ronaldinho. J’aimerais devenir une professionnelle pour que je puisse offrir à mes enfants un avenir meilleur. [Ces performances] sont ma source de revenus, toute l’Afrique me connaît grâce à ça. J’ai deux fils et je peux payer leurs frais de scolarité et me débrouiller seule avec eux.


Selon Ruptly, Hadhara Charles Mjeje est basée au Malawi depuis le mois de janvier, où elle demande 2 900 kawcha malawiens pour deux minutes de performance, soit 3,55 euros.

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle