vendredi 15 décembre 2017

Aujourd’hui au Mali, nous assistons à toutes sortes d’actes ignobles, voire même terroristes. Agressions, viols, vols, pillages et autres razzia, tout y passe. Bintou Tandia, une jeune fille de 18 ans, est l’une des nombreuses victimes de cette ignominie humaine. Le  28 Août dernier, soit à quelques jours de son mariage, cette jeune dame a été kidnappée  par un groupe de malfrats à Garantiguibougou.


Ce jour là, Bintou Tandi a revenait de chez une tante à Garantiguibou où elle a passé une semaine, en vue de préparer son mariage prévu le 17, soit dans 11 jours. De retour en famille à Bacodjicoroni, Bintou a été accostée par un véhicule, venant de nulle part. Ce véhicule était rempli d’un groupe de garçons qui, arrivés au niveau de la jeune dame,  l’interpellèrent pour lui dire de monter dans la caisse, histoire de la conduire en Côte d’ivoire. Surprise, Bintou n’a même eu le temps de réagir qu’elle a été poussée dans la voiture qui démarre aussitôt en trombe.
Restée ainsi injoignable toute cette journée, Bintou appela sa tante le lendemain matin pour lui dire qu’elle a été enlevée par des gens dont elle ignore et qu’elle se retrouve dans une chambre quelque part.  
Après cet appel, sa tante qui croyait à une plaisanterie, tenta également de l’appeler à vain.
Selon des sources, bintou reste introuvable. Et on avance que sa disparition n’a rien  à voir avec son mariage, qui serait tout sauf un mariage forcé ; car ce mariage de Bintou est une exception dans une famille où toutes les unions sont endogamiques.
D’après les dernières infos, les ravisseurs de Bintou seraient nombreux et détiendraient cinq filles séquestrées en un même lieu mais chacune dans une chambre différente.
En tout cas, les recherches sont en cours et les services de sécurité sont fortement impliqués. Mais jusqu’à présent aucun signe de vie de Bintou.

Mariam Diarra dite Mame  portée disparue à Missabougou

Depuis le samedi 26 août 2017, Mariam Diarra dite Mame, une jeune fille de 16 ans est protée disparue. Elle avait été envoyée en commission à quelques mètres de la maison familiale, sise à Missabougou.
Venue de Dioilà, Mariam Diarra loge depuis le Décembre 2016 chez sa sœur à Missabougou. Là, elle s’occupait de l’entretien de la maison et de la surveillance des enfants pendant que sa sœur partait au travail.
Le samedi matin à 10 heures environ, Mame a été envoyée à la recherche d’un charretier qui devait apporter du sac de charbon à la maison. Malheureusement, Mame n’est plus jamais revenue à la maison. Quand la sœur a appris la nouvelle, elle a lancé un appel d’aide, afin de retrouver sa petite sœur mais en vain. Aujourd’hui, les inquiétudes se pointent, car Mame ne connaît personne à Bamako. Les recherches sont en cours afin de la retrouver saine et sauve.
Ces cas de disparitions multiples à Bamako et environs posent un sérieux problème de sécurité de nos sœurs et filles, surtout les plus mineures qui ne connaissent rien des dures réalités de la grande ville. Il y’a lieu de mettre les moyens en place pour circonscrire ce fléau qui prend de plus en plus d’ampleur dans notre capitale.

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle