lundi 24 septembre 2018

Le vendredi 08 décembre dernier, à la grande mosquée Aboubackr Sidick sise à Hamdallaye, s’est tenue, une conférence religieuse organisée par les membres de la mission de l’Azhar au Mali.

Avec pour thème : la bonne parole construit une communauté sans extrémiste, la rencontre s’est déroulée en présence du représentant de la mission, l’imam, Adel El-Awy de celui de la mosquée, l’imam, Abdel Camara et de nombreux fidèles musulmans.
Dieu, le Très-Haut, dit dans Son Noble Livre : ((Dis à mes serviteurs de parler de la plus belle manière, car Satan met entre eux la discorde ; Satan est à l’homme ennemi déclaré)). Par la méthode morale et sociale de l’Islam, Dieu demande à l’homme d’adopter sa méthode de parler. Cette méthode est fondée sur la politesse, de sorte à ce que l’homme soit poli dans chacun des mots qu’il prononce. Il doit choisir, parmi les mots, celui qui est le meilleur, celui qui ne porte pas atteinte à la personne qui l’entend. Par les mots, l’homme doit essayer d’ouvrir le cœur de l’autre et respecter ses sentiments, car le mot est le messager de l’homme à un autre homme. Par les mots, l’homme exprime ce qu’il y a en lui, et c’est comme s’il envoie une lettre à celui qui l’entend. Et c’est par les mots qu’il peut gagner l’amitié et la compassion de l’autre. Par les mots, il peut créer, dans la vie sociale, des climats susceptibles de promouvoir la société toute entière. Dans le verset que nous venons de citer, Dieu, le Très-Haut, demande à Son Messager (P) d’instruire les gens et de leur dire que, lorsqu’ils veulent adresser leurs paroles à la société familiale, ou à la société en général, ils doivent choisir les meilleures paroles que le Diable ne peut pas s’y introduire pour créer l’état d’animosité et de haine qui éloigne les gens les uns des autres, en vertu des conséquences négatives des mauvaises paroles. Il existe, dans la dimension morale de l’Islam, des choses que l’homme doit s’en éloigner et ne pas les pratiquer conformément à l’enseignement divin. Parmi ces choses, on note les insultes, comme lorsque l’homme, poussé par un complexe psychique, insulte ou offense un autre homme, ou le fait en raison d’un désaccord dans les idées, dans les orientations, au sujet de la confession ou au sujet de la religion, ou au sujet de n’importe quelle autre affaire. Dieu, le Très-Haut, ne veut pas que l’homme adopte la méthode des insultes lorsqu’il a un problème avec l’autre. Il veut, au contraire, qu’il choisisse les mots qui prennent en considération la dignité de l’autre et le respect qu’il porte à lui-même, même s’il ne s’accorde pas avec lui sur une question parmi celles de la doctrine ou de la religion.

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle