vendredi 15 décembre 2017

« Tout événement prédestiné au musulman est un bien pour lui, s’il s’arme de patience dans les moments difficiles et s’il fait preuve de reconnaissance dans les moments de joie » tel était le thème d’une rencontre organisée par la mission de l’Azhar à la grande mosquée Ambika sise à Hamdallaye.
C’était en présence du représentant de la mission, l’imam Saad Ghalab, de l’Imam de la mosquée, M. Abdalah Diallo et de nombreux fidèles musulmans. 

Quoi qu’il puisse arriver au croyant, c’est un bien venant d’Allah. Sa vie est un bienfait perpétuel que la situation dans laquelle il évolue lui plaise ou non. Le destin est en fait une transaction dont les serviteurs d’Allah récoltent les fruits, comme il est une route qui mène à Lui. Un Hadith certifie que: « La vie du croyant est vraiment étonnante ! Tout destin qu’Allah lui écrit est un bien pour lui : Il est reconnaissant lorsqu’un bonheur lui arrive, ce qui est bien pour lui et il est patient lorsqu’un malheur lui arrive, ce qui est un bien pour lui. » Tout événement prédestiné au croyant est un bien pour lui, s’il s’arme de patience dans les moments difficiles et s’il fait preuve de reconnaissance dans les moments de joie. Cette caractéristique du croyant fait partie intégrante de la foi. En effet la foi se divise en deux : une partie est faite de patience et une partie est faite de reconnaissance comme le révèle le verset : « C’est en cela un signe pour les patients et les reconnaissants ». Si l’on considère la religion dans son ensemble, on se rend compte qu’elle revient en fait à ces deux notions : la patience et la reconnaissance. Partant de là, il faut patienter face aux obligations, car celles-ci réclament une certaine patience et une certaine endurance, comme elles réclament de faire un effort sur soi contre son ennemi intérieur et extérieur. En fonction de sa patience, l’individu s’investit dans les actes obligatoires, mais aussi dans les actes recommandés.

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle