vendredi 19 avril 2019
Soumeylou Boubeye Maiga annonce sa démission et celle du Gouvernement

Soumeylou Boubeye Maiga annonce sa démission et celle du Gouvernement

Mes cher(e)s compatriotes, J’ai remis ce soir au Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Ibrahim Boubacar Keïta, ma démission et celle du Gouvernement.
Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta va-t-il limoger son Premier ministre?

Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta va-t-il limoger son Premier ministre?

Qui veut vraiment faire partir le Premier ministre malien ? Des religieux demandent son départ. Vent debout, l’opposition malienne réclame aussi son limogeage.
Mauvaise gouvernance : M’Bouillé : « Mon combat contre IBK… » !

Mauvaise gouvernance : M’Bouillé : « Mon combat contre IBK… » !

Jusqu’où s’arrêtera Mohamed Ould Cheicknè dit M’Bouillé dans sa croisade contre Ibrahim Boubacar Keïta et son régime ? Difficile, sinon impossible, pour l’instant de répondre à...
Fausse note à la soirée finale du festival Urban Music et Mode de Sélingue: Le staff de Sidiki Diabaté agresse physiquement un journaliste

Fausse note à la soirée finale du festival Urban Music et Mode de Sélingue: Le staff de Sidiki Diabaté agresse physiquement un journaliste

Décidément, le célèbre virtuose de la kora, Sidiki Diabaté, ne finit plus de s’illustrer par des faits impopulaires.  De scandale en scandale, sa carrière est émaillée de...
 Situation sécuritaire au Mali: Le Président de la République a rencontré la Ligue des Imams et Erudits pour la Solidarité Islamique au Mali

Situation sécuritaire au Mali: Le Président de la République a rencontré la Ligue des Imams et Erudits pour la Solidarité Islamique au Mali

  « Nul n’arrivera à subvertir le Mali, à le prendre de l’intérieur, nul » dixit IBK Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Ibrahim Boubacar Keïta, a rencontré dans l’après-midi du samedi 6 avril...
Bravo Iron Bibi!

Bravo Iron Bibi!

  L'homme le plus fort du monde dans sa catégorie est le burkinabé Iron Bibi. 
 Algérie : le président Abdelaziz Bouteflika a officiellement remis sa démission

Algérie : le président Abdelaziz Bouteflika a officiellement remis sa démission

Après un mois de manifestations sans précédent, et des dernières pressions de l’armée, Abdelaziz Bouteflika met un terme à vingt années de...
ANNONCE COMME MORT A L’ETRANGER : MT retrouve sa femme ‘’enceintée’’ de son jeune frère au pays (suite)

ANNONCE COMME MORT A L’ETRANGER : MT retrouve sa femme ‘’enceintée’’ de son jeune frère au pays (suite)

  Au Mali, malgré les difficultés familiales, l’on arrive toujours à trouver une solution. Cette vieille tradition continue de la belle manière. Pour cette histoire que nous relations il y’a quelques...
 FAIT DIVERS :  ANNONCE COMME MORT A L’ETRANGER : MT retrouve sa femme ‘’enceintée’’ de son jeune frère au pays

FAIT DIVERS : ANNONCE COMME MORT A L’ETRANGER : MT retrouve sa femme ‘’enceintée’’ de son jeune frère au pays

La famille de MT était partagée entre joie et tristesse lorsque ce dernier est revenu de l’aventure en Angola, après avoir été annoncé mort depuis 3 ans. Pour cause, sa femme, la jolie Ami s’était...


Le Groupement professionnel des distributeurs de gaz butane au Mali (GPDG) a annoncé jeudi 10 janvier la suspension de la vente du gaz butane jusqu'à nouvel ordre. Il proteste contre la saisie des bouteilles de gaz par la direction nationale du commerce, de la concurrence et de la consommation.
Les ménages maliens seront très bientôt confrontés à une pénurie de gaz. Après les sociétés importatrices de gaz, c’est autour du Groupement professionnel des distributeurs de gaz butane au Mali de suspendre ses activités.
De quoi s’agit-il ?
Le Mali comptait douze centres emplisseurs (dépôts de recharge de gaz). Cinq, à savoir Total, Shell, Mobile, Ceregaz et Fouta Gaz ont depuis fermé boutique sans leurs bouteilles qui sont restées avec les consommateurs. Face à cette situation, la direction nationale du commerce, de la concurrence et de la consommation, à travers son antenne régionale du district de Bamako, a lancé une opération de saisie des bonbonnes de gaz des sociétés qui n’opèrent plus dans le secteur.  
Les activités de distribution suspendues par manque d’option
La distribution de gaz est suspendue à Bamako depuis le mercredi 9 janvier. Contacté, Birama Yattassaye, président du Groupement professionnel des distributeurs de gaz butane au Mali, estime que les distributeurs de gaz sont piétinés dans leurs activités par les autorités en charge du commerce, de la concurrence et de la consommation.
Les arguments avancés par l’Etat, selon lui, ne sont pas crédibles. L’interchangeabilité ne saurait prospérer. Car les opérateurs gaziers se sont engagés à travers un écrit à recharger les bouteilles dites «non-conformes». Dire également que les distributeurs ne sont pas concernés n’est pas juste.  
Selon Birama Yattassaye, les bouteilles saisies dans les différents centres emplisseurs appartiennent aux consommateurs que les distributeurs ont amenées pour remplissage. Cette situation entraîne une difficulté entre les consommateurs et les distributeurs, car ils ne cessent de réclamer leurs bouteilles. Ils pensent que les consommateurs ont payé leurs bouteilles de gaz et doivent par conséquent continuer à les utiliser. D’autant que, pour lui, les cinq sociétés n’ont jamais remboursé l’argent des consommateurs.
Désemparé, M. Yasttassaye affirme d’un ton acerbe : «c’est par manque d’option que nous avons décidé de suspendre nos activités». Il indique avoir écrit deux lettres au ministre du commerce et de la concurrence pour lui demander son implication personnelle. La première le 8 novembre et la seconde le 8 janvier. Toutes ces deux correspondances ont essuyé un refus.
Doute sur la destination des bouteilles saisies
Les autorités en charge du commerce avaient lancé dans les années 2013 et 2014 une telle opération de saisie de bouteilles de gaz. À présent, les distributeurs ne sont pas entrés en possession de leurs bouteilles. Ils sont nombreux à s’interroger sur la destination des produits saisis. Ont-elles été détruites ou pas ? Ou sont-elles stockées dans des magasins ?
Ces questions sont pour l’instant sans réponse. Toutefois, selon nos interlocuteurs, ce sont les responsables en charge du commerce qui détournent les bonbonnes de gaz. «Ils les revendent sur le marché», témoigne un membre du groupement. Contactée, la  Direction régionale du commerce et de la concurrence du district de Bamako n’a pas répondu à nos sollicitations.
 «C’est normal qu’on retire les bouteilles…»
Avec cette opération de saisie, les bonbonnes de gaz des cinq centres ne pourront plus être utilisées. Les consommateurs qui les détiennent seront obligés de chercher d’autres bouteilles. Joint au téléphone, le  président du Regroupement pour la défense des consommateurs du Mali (Redecoma), Badou Soumounou, affirme être au courant de l’opération de saisie. «C’est normal qu’on retire les bouteilles des cinq emplisseurs qui ne travaillent plus», poursuit-il. Une fois qu’une société se retire, il n’y a pas de raison que sa bouteille reste en circulation.
«C’est tout à fait logique», martèle-t-il. De l’avis de M. Soumounou, aucun opérateur ne doit utiliser la bouteille d’un autre. Chacun est responsable de sa bouteille. Sinon comment situer les responsabilités en cas d’incendie provoqué par une bouteille de gaz ? s’interroge-t-il. C’est une question de sécurité.
Le président du Redecoma doute également du poids des bouteilles. Car rarement la quantité indiquée est juste. «On dit six kilogrammes mais ça ne vaut pas ça», précise-t-il. D’après M. Soumounou, beaucoup de bouteilles de gaz sont de mauvaise qualité. «Il y a des bouteilles qui ne sont pas sécurisées. Beaucoup de nos bouteilles proviennent de la France. Plusieurs d’entre elles sont déjà usées. Celles-ci sont badigeonnées et ensuite utilisées pour la vente du gaz. Ce n’est pas normal», peste-t-il. Le président Badou Soumounou invite les opérateurs gaziers à ne jamais recharger la bouteille d’un autre.
Les importateurs de gaz réclament 3,6 milliards de FCFA à l’Etat
La Société de distribution de gaz (Sodigaz), Sigaz et Faso gaz réclament   à l’Etat, depuis septembre, le payement d’un montant de près de 3,6 milliards de FCFA. Près de quatre mois après, les opérateurs gaziers attendent toujours le paiement de la facture. «Ils ont envoyé une lettre au ministre de l’Economie avec ampliation aux différentes associations de défense des consommateurs pour lui réclamer leur argent», atteste Badou Soumounou, président de Redecoma. La même information est confirmée par Birama Yattassayé, président du Groupement professionnel des distributeurs de gaz butane au Mali. Contacté, Oudiéri Diawara de Sodigaz n’a pas voulu réagir.  Ce qui est sûr, les points de recharge de gaz butane se vident de jour en jour.
Abdrahamane Sissoko

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

L'actu en boucle