dimanche 20 janvier 2019


Les journalistes de la  3e promotion de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille en alternance à Bamako ont reçu leurs diplômes. C’était le jeudi 13 décembre, à la Maison de la presse sous l’égide du secrétaire général du ministère de la communication et de l’économie numérique.
Baptisée promotion Sadou Abdoulaye Yattara, cette cérémonie de remise de diplômes boucle la fin d’une année de formation. Au cours de laquelle, les seize récipiendaires ont appris le métier à travers des cours théoriques et des travaux pratiques. Ces journalistes issus de la presse écrite et la presse en ligne sont désormais mieux outillés pour faire face aux exigences du métier du journalisme qui s’exerce dans un contexte de plus en plus difficile.
Selon Sylvie Larrière, Directrice à l’International de l’Ecole Supérieur de Journalisme de Lille, les jeunes journalistes sont revenus sur les bases de la profession. « Ils maitrisent aujourd’hui les outils du web, savent tourner et monter un sujet pour le web sont devenus des forces de proposition dans leur rédaction et s’éloignent des sujets purement institutionnels… mais ils ont surtout changé leur regard sur leur métier et leurs pratiques. » De l’avis de Sylvie, l’éthique est le pilier de la formation. « Par ce qu’au-delà d’une maitrise technique du métier l’attitude, le respect des règles déontologiques sont fondamentaux et plus particulièrement dans un pays sous tension. »
A travers cette formation, les jeunes journalistes ont compris qu’ils ne sont des justiciers, ni des militants politiques. Ils savent plus que jamais que les faits priment avant tout et qu’une information devait être sourcée. Ce qui a fait dire à la Directrice à l’international de l’ESJ-Lille que « ceux qui sortent aujourd’hui, ne sont plus les mêmes qu’il y’a un an ».
Ces propos de Sylvie sont corroborés par le major de la promotion, Lassina Niangaly qui estime avoir le sentiment de passer du statut d’un journaliste amateur à celui d’un professionnel. Il a également invité ses confrères à mettre en pratiques les connaissances apprises. Désormais, poursuit-t-il « nos écrits, nos faits et nos comportements seront scrutés par tout le monde ».
Le parrain de la promotion, Sadou Abdoulaye Yattara, un des pionniers de la presse privée au Mali et  premier président élu de la maison de la presse s’est réjouis du choix porté sur sa modeste personne. Il a appelé les récipiendaires à se comporter en bon professionnel en tout lieu et en toute circonstance.
La cérémonie a pris fin par la remise des diplômes aux seize récipiendaires.
La Rédaction

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle