samedi 23 mars 2019
Un autre avion d’Ethiopian Airlines a failli prendre feu à Kinshasa hier

Un autre avion d’Ethiopian Airlines a failli prendre feu à Kinshasa hier

Qu’est-ce qui passe avec les avions de la compagnie Ethiopian Airlines? Les centaines de familles endeuillées n’ont pas encore fini de pleurer les morts du dimanche 10 mars dernier qu’une autre...
Interview du ministre de l’éducation nationale : « Il n’est de l’intérêt de personne que les enfants perdent une année »

Interview du ministre de l’éducation nationale : « Il n’est de l’intérêt de personne que les enfants perdent une année »

Face à la crise qui secoue l’école, ces derniers temps, avec son lot d’arrêts de cours répétés, le ministre de l’Education, Pr. AbinouTémé, connu pour être un enseignant dans l’âme, a fait le point...
Le chanteur congolais Koffi Olomidé condamné à deux ans de prison avec sursis

Le chanteur congolais Koffi Olomidé condamné à deux ans de prison avec sursis

Koffi Olomidé a été condamné à deux ans de prison avec sursis pour atteintes sexuelles sur mineure de 15 ans. C'est beaucoup moins que les sept ans qui étaient requis lors du procès. Le tribunal a...
KALASH A ÉTÉ ARRÊTÉ À PARIS (VIDÉO)

KALASH A ÉTÉ ARRÊTÉ À PARIS (VIDÉO)

Une vidéo a été postée sur les réseaux sociaux où on voit le rappeur martiniquais Kalash être arrêté par la police en plein Paris dans la nuit de samedi à...
 LA FAMILLE D’ADAMA TRAORÉ RELANCE L’ENQUÊTE AVEC UNE NOUVELLE EXPERTISE

LA FAMILLE D’ADAMA TRAORÉ RELANCE L’ENQUÊTE AVEC UNE NOUVELLE EXPERTISE

La famille d’Adama Traoré, un jeune homme mort après une course-poursuite avec la police en juillet 2016, a fourni à la justice un nouveau rapport d’expertise médicale qui contredit les conclusions...
MÉNAKA : UNE QUINZAINE DE SOLDATS FRANÇAIS BLESSÉS DONT DEUX GRIÈVEMENT PRÈS DU VILLAGE D’AKABAR

MÉNAKA : UNE QUINZAINE DE SOLDATS FRANÇAIS BLESSÉS DONT DEUX GRIÈVEMENT PRÈS DU VILLAGE D’AKABAR

Selon l’agence Menastream, les faits se sont déroulés en début d’après-midi du dimanche 10 mars dernier. D’aucuns parlent de 13 heures, heure locale. Une patrouille de l’opération Barkhane qui...
L’état de santé de nos Chefs d’Etats et aspirants? Ces malades qui nous gouvernent

L’état de santé de nos Chefs d’Etats et aspirants? Ces malades qui nous gouvernent

La candidature d’Abdel Aziz Bouteflika à la cinquième législature du pays divise les Algériens, la cause principale est l’état de santé fragile de l’ancien président de la république qui insiste à...
La Brigade Territoriale de Sénou met le grappin sur trois bandits

La Brigade Territoriale de Sénou met le grappin sur trois bandits

Dans la nuit du 10 au 11 mars 2019, trois bandits ont braqué une dizaine de véhicules de transports et des camions  sur l’axe Sikasso- Bamako. Il s’agit de Djoubalo Barry, Djingui  Sow et Djowary dit...
LE PENIS CAPTIVUS: C'est quand un homme et une femme se retrouvent coincer. C'est un phénomène très, très rare. Ceci n'a rien à voir avec la sorcellerie, ni des sorts jetés, ni l'infidélité.

LE PENIS CAPTIVUS: C'est quand un homme et une femme se retrouvent coincer. C'est un phénomène très, très rare. Ceci n'a rien à voir avec la sorcellerie, ni des sorts jetés, ni l'infidélité.

C'est quand un homme et une femme se retrouvent coincer. C'est un phénomène très, très rare. Ceci n'a rien à voir avec la sorcellerie, ni des sorts jetés, ni...
International


La deuxième session de la Cour d’assises de Bamako s’est ouverte le 27 novembre avec vingt de cas de viol et de pédophile inscrits au rôle.
Les cas d’infractions contre les mœurs restent très importants au Mali. Ils arrivent en  deuxième position des affaires jugées par la seconde session des assises 2018 de la Cour d’appel de Bamako. Dix cas de viol et autant de pédophilie doivent être jugés.
La prise de conscience des magistrats  
Ces chiffres illustrent la volonté des victimes à saisir désormais les juridictions. Il est également le symbole de la détermination des magistrats à appliquer la Loi dans toute sa rigueur.
Le procureur général près la Cour d’appel de Bamako, Idrissa Arizo Maïga, se félicite d’une prise de conscience des magistrats face à l’ampleur du viol dans notre pays et surtout de ses conséquences sur les victimes. «Il est heureux de constater (…) que nous avons au rôle vingt détenus pour des cas d’agressions sexuelles». Ce qui reste une prouesse. Car, dans ces dossiers, «les mises en liberté étaient systématiques au point qu’il nous arrivait de dénoncer aux sessions passées, la banalisation de ces crimes», précise-t-il.  
Le procureur général Maïga s’est réjoui également de «la médiatisation outrancière de certains cas récents». Celle-ci a, selon lui, «fait prendre conscience aux magistrats l’horreur et la détresse qui accompagnent ces infractions». Sans être une panacée, Idrissa Arizo Maïga invite ses pairs à persévérer par la rigueur dans la répression, qui  reste à ses yeux fortement dissuasive.
Un signal d’alarme
La prise en considération des cas de viol ravit les associations des droits de l’Homme. Elles qui dénoncent depuis des années l’impunité dans les affaires de viol. Pourtant au Mali, le viol est puni par l’article 226 de la Loi n°01-079 du 20 août 2001 portant Code pénal. La sanction prévue est de cinq à vingt ans de prison.
La clinique Démè So est une organisation de défense des droits de l’Homme. Son assistant au coordinateur à l’accès à la justice, Diakardia Traoré, se dit satisfait des dénonciations et du refus des victimes de ne plus accepter les arrangements pour que la chose arrive à un jugement. Il exprime son souhait de voir les personnes martyrisées continuer à saisir la justice.
Cependant, le défenseur des droits humains estime que ce nombre élevé constitue «un signal d’alarme». Ça veut dire que les cas de viol ne diminuent pas. Selon lui, même un cas de viol reste un cas de trop. «Parce que  ça ne doit pas arriver», s’exclame-t-il.
Pour terminer, Diakardia Traoré a plaidé pour une large sensibilisation de la population sur les dangers de la violence faite aux femmes. Avant d’ajouter que la répression ne constitue pas la seule solution. Car, affirme-t-il, la prison n’est pas forcément un lieu de rééducation. «Souvent certains bourreaux sortent encore plus dangereux», reconnaît-il.
Lors de la session inaugurale des assises 2017, la Cour d’appel de Bamako avait statué sur quatorze affaires (huit cas de pédophilie, cinq viols et un cas d’attentat à la pudeur). La présente session prendra fin le 26 décembre.
Abdrahamane Sissoko

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

L'actu en boucle