mardi 19 février 2019
 Bosso : une femme kamikaze se fait exploser faisant une victime

Bosso : une femme kamikaze se fait exploser faisant une victime

Un homme a perdu la vie, victime de l’explosion d’une bombe dans la soirée du dimanche 17 février à Bosso, dans la région de Diffa. Selon des sources locales, c’est aux environs de 21H20 qu’une...
Attaque à Mondoro : La population salue la résistance des FAMa

Attaque à Mondoro : La population salue la résistance des FAMa

Campées en vigile à Mondoro, les FAMa ont repoussé et abattu des bandits armés qui ont tenté de reprendre le contrôle de leur camp et saccager le village. Sans réussir à franchir la barrière, les...
L'Afrique ''a besoin de dictateurs bienveillants'' –  Salif Kéita

L'Afrique ''a besoin de dictateurs bienveillants'' – Salif Kéita

La démocratie ? Une notion éloignée pour les Africains à en croire la star malienne Salif Kéita. Dans une interview avec le média britannique The Guardian, le ‘‘chanteur à la voix d’or’‘ est revenu sur...
Présidentielle au Sénégal : Macky Sall vise une réélection au premier tour

Présidentielle au Sénégal : Macky Sall vise une réélection au premier tour

Le Sénégal vote le 24 février pour une élection présidentielle que le sortant Macky Sall, confronté à une concurrence inhabituellement clairsemée dans un pays friand de débat démocratique, compte...
RDC : huit morts dans des fusillades à Goma

RDC : huit morts dans des fusillades à Goma

Des tireurs non identifiés ont tué dans la nuit de samedi à dimanche huit personnes dans trois quartiers de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, provoquant la colère de la...
CAN-U20 : premier sacre pour le Mali, l'Afrique du sud prend la 3e place

CAN-U20 : premier sacre pour le Mali, l'Afrique du sud prend la 3e place

Le Mali a remporté pour la première fois de son histoire la Coupe d’Afrique des nations (CAN) des U20, en battant en finale le Sénégal 3 à 2 aux tirs au but (1-1 après prolongation), dimanche à...
Bamako - commissariat du 11 ème arrondissement: arrestation d'un individu spécialisé en vol de moto

Bamako - commissariat du 11 ème arrondissement: arrestation d'un individu spécialisé en vol de moto

Les hommes du Commissaire Divisionnaire de Police Mamoudou Diabaté ont mis le grappin sur un individu très spécialisé en vol de moto et téléphone.
Ministère des Transports : Fin de la grève de faim des cheminots maliens !

Ministère des Transports : Fin de la grève de faim des cheminots maliens !

Les cheminots maliens qui observaient une grève de faim depuis plus, viennent de décider de mettre fin à leur mouvement.
Quand Claudia Tagbo révèle avoir demandé son compagnon… 6 fois en mariage

Quand Claudia Tagbo révèle avoir demandé son compagnon… 6 fois en mariage

A l'affiche de Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu, Claudia Tagbo a tout pour être heureuse. Seul bémol : elle a dû demander six fois en mariage son compagnon. A-t-il fini par accepter ?...
International
International
International


« Errare humanum est, perseverare diabolicum » ou encore « L'erreur est humaine, l'entêtement [dans son erreur] est diabolique ». Cette belle maxime attribuée à Sénèque décrit un peu la situation que vit actuellement le Mali. Si tous les acteurs politiques venaient à reconnaître leurs erreurs et à faire leur mea culpa, le pays ne s’en porterait-il pas mieux ?


Nombre de couacs et d’erreurs dans le processus de sortie de crise, avec notamment la signature de l’Accord pour la paix de 2015 ont conduit le pays à un enlisement. Une impasse qui n’a pas dissuadé les uns et les autres à aller tout de même à la présidentielle de juillet-août 2018. Les résultats de celle-ci sont encore contestés par certains acteurs politiques. Malgré leur validation par les institutions chargées de le faire comme la Cour constitutionnelle. Il s’en suivra une colère non dissipée chez les contestataires, dont le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé.
Or, pour le président réélu, Ibrahim Boubacar Kéita alias IBK, aucun sacrifice n’est de trop lorsqu’il s’agit du Mali, de sa quiétude, de « l’honneur du Mali et du bonheur des Maliens ».
Réélu dans ce contexte de crise, ajouté à un mécontentement politique non-négligeable, il apparait clairement que le Mali se doit d’entamer une transition politique. Ce concept sous-entend une gouvernance d’ouverture, de concertations et de concessions. La preuve en est que le pays s’achemine vers une prorogation du mandat des députés. Ce que ne prévoit pas la Constitution. Cela ne peut sereinement se concevoir qu’après un dialogue politique pour un maximum de consensus sur le sujet. Pour une véritable entente politique. Ce n’est donc pas le moment d’une stratégie de répression des manifestations politiques, surtout si celles-ci ne menacent pas les institutions.
De même, en acceptant d’aller à une élection présidentielle, dont on sait les conditions d’organisations plutôt approximatives, les opposants n’ont-ils commis quelques erreurs de stratégie ? En prônant le boycott de rencontres préparatoires de grandes réformes pour le pays, ne commettent-ils pas des bévues, surtout que ce boycott pourrait ne pas bloquer l’opérationnalisation de ces projets ? Comment expliquer ces fautes partagées dans un pays aussi assombrit par la menace sécuritaire ?
La FIDH et l’AMDH, relève  Jeune Afrique, « ont mené entre mai et juillet 2018 une vaste enquête dans le centre du Mali, en se focalisant sur les régions de Mopti et de Ségou. Ces deux organisations de défense des droits de l’Homme dépeignent des populations prises au piège entre les groupes djihadistes, les milices d’auto-défense et l’armée. Ces violences dans le centre ont causé 500 victimes civiles entre janvier et août 2018. S’y ajoute que ces deux dernières années, 1.200 civils y ont été tués, une cinquantaine de villages brûlés, poussant au moins 30.000 personnes à fuir la région. C’est également l’une des régions où l’on a le moins voté au cours de l’élection présidentielle qui a reconduit Ibrahim Boubacar Keïta au pouvoir. À cause de l’insécurité, plusieurs bureaux de vote n’ont pas pu ouvrir. ». En fait, précise Jeune Afrique, « depuis 2015, le centre du Mali, zone contrôlée par le chef djihadiste peul Kouffa et ses hommes, surnommés ‘les hommes de la brousse’, est touchée par la fièvre djihadiste. Si son influence prospère, c’est qu’il est en terrain fertile. » Sans oublier la poudrière du Nord du pays…
Au plan social, les populations se plaignent de la cherté, le front social bout toujours avec diverses revendications. L’argent ne circule pas, il y a une « tension de trésorerie », etc. Bref, il y a un mal-vivre qui doit inciter les plus hauts dirigeants du pays à consentir des sacrifices pour décrisper l’atmosphère. C’est pourquoi IBK, son principal challenger politique, Soumaïla Cissé et tous les leaders de la classe politique doivent prouver au peuple qu’aucun sacrifice n’est de trop lorsqu’il s‘agit du Mali !
Bruno D SEGBEDJI

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

L'actu en boucle