jeudi 20 juin 2019
Insécurité : le 3ème Arrondissement démantèle un réseau de malfaiteurs

Insécurité : le 3ème Arrondissement démantèle un réseau de malfaiteurs

  Dans la nuit du 7 au 8 juin 2019, aux environs de minuit, la population a conduit un individu au commissariat de police du 3e arrondissement, déclarant se nommer M.T dit «TIDJO», pris en flagrant...
Yélèma : une dizaine de cadres claque la porte

Yélèma : une dizaine de cadres claque la porte

  Le parti Yéléma dans la tourmente. Selon des sources concordantes, le secrétaire politique, le secrétaire général adjoint et une dizaine de cadres s’apprêtent à quitter la formation dirigée par...
L’accord d’Alger, Tiebilé Drame à la tête de la diplomatie malienne : La paix à portée de main

L’accord d’Alger, Tiebilé Drame à la tête de la diplomatie malienne : La paix à portée de main

  Le Mali est plus que jamais sur le chemin de la paix. Les raisons l’application de l’accord d’Alger qui suit son petit bonhomme de chemin, surtout l’arrivée à la tête de la diplomatie malienne de...
Sans Tabou: poissons morts, les assurances mensongères

Sans Tabou: poissons morts, les assurances mensongères

  Une semaine après le déluge, les victimes végètent dans leur détresse, leur désarroi, leur désespoir… Comme s’il s’agissait d’une main vengeresse d’Allah, elles sont oubliées à leur sort, dans...
Il a été arrêté par la police pour avoir couché avec sa demi-sœur

Il a été arrêté par la police pour avoir couché avec sa demi-sœur

  Samedi 04 mai 2019 à 12 heures, les éléments de la Brigade de Recherches du 3ème Arrondissement ont mis la main sur Birama (non d’emprunt) pour attentat à la pudeur et enlèvement de sa demi sœur ...
«Je brûle la France»... La droite s'insurge contre le nouveau clip de Nick Conrad, déjà condamné pour «Pendez les blancs» [vidéo]

«Je brûle la France»... La droite s'insurge contre le nouveau clip de Nick Conrad, déjà condamné pour «Pendez les blancs» [vidéo]

  Le rappeur originaire de Seine-Saint-Denis récidive. Après son clip Pendez les Blancs, Nick Conrad est à nouveau au cœur d’une polémique. Dans un clip intitulé Doux pays diffusé ce vendredi sur...
Le Président de la République va le décorer bientôt

Le Président de la République va le décorer bientôt

  Mamoutou Diarra , étudiant à la FLASH , section arabe âgé d’une vingtaine d’année , a sauvé 9 adolescents dans le lit du marigot lors des inondations du 16 mai 2019. Pour reconnaissance de la nation...
Communiqué du conseil des ministres du mercredi, 15 mai 2019

Communiqué du conseil des ministres du mercredi, 15 mai 2019

  Le Conseil des Ministres s'est réuni en session ordinaire, le mercredi, 15 mai 2019 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Docteur Boubou CISSE, Premier ministre,...
 Le père de Maître Gims et Dadju a été enlevé et tabassé... [photo]

Le père de Maître Gims et Dadju a été enlevé et tabassé... [photo]

  Djuna Djanana, artiste congolais vivant en France, et père des célèbres artistes Maïtre Gims et Dadju, a été tabassé, mercredi, à Paris.Pour l’heure, on ignore encore les auteurs de cet acte odieux....
Railda Matin

Boua Ni Sogoma

Avr 27, 2019


Les membres de la commission nationale indépendante (CENI) étaient devant la presse le jeudi 1er novembre pour rétablir la vérité et de consolider  l’image de l’institution. C’était sous l’égide de son président  Amadou Bah.
Accusé de « manquements, d’errements et indiscipline budgétaire », par certains commissaires, Amadou Bah, le président de la commission nationale indépendante (CENI), apporte sa version des faits.  Selon lui, la crise provoquée par certains membres de l’organe de supervision des élections au Mali ne se justifie ni en fait, ni en droit.
Destitution du président de la CENI
 Les textes ne prévoient pas la destitution ni du président de la CENI ni un autre membre du bureau. « Je ne vois pas ni dans notre règlement intérieur ni dans la Loi électorale une procédure de destitution d’un membre  de la CENI »  affirme Amadou Bah.  
Selon lui, l’article 12 de la Loi électorale stipule que, « toute contestation par les partis politiques et  les candidats en lice aux différentes élections portant sur les membres de la CENI ou de ses démembrement est soumise respectivement à l’appréciation de la cour suprême et les tribunaux administratifs dans un délai de quinze jours à compter de la date de publication de décret ou de la décision de nomination. Lesdites juridictions tranchent dans un délai de trente jours ». Le législateur a consacré à la stabilité des institutions, poursuit  le président Bah. Parce que, explique-t-il, « quand les gens sont occupés à faire des élections on ne doit pas être préoccupé à change r chaque fois les responsables ».

Les choses se sont passées dans  les règles de l’art
Par rapport aux accusations de détournement, le président de la CENI préfère attendre les  conclusions du rapport de  la commission d’enquêtes et d’audit commanditée  par le ministère de l’économie et des finances. «  On va attendre le résultat de ce travail pour se prononcer sur la question», déclare-t-il. En attendant, le président Bah,  estime que les choses se sont passées dans  les règles de l’art.
Sur la question de l’achat des véhicules, Amadou Bah admet avoir utilisé, en commun accord avec les commissaires, l’argent destiné au fonctionnement de l’institution. C’était en attendant le versement du reliquat prévu pour l’acquisition des engins. Une somme qui n’a à ce jour jamais été versée, assure-t-il.
 « Les voitures n’étaient pas immatriculées. Le fournisseur avait refusé de fournir les documents sans le reliquat de son argent », se justifie M. Bah. Il fallait payer pour régulariser voitures, les commissaires se plaignant constamment de la tracasserie policière, conclut-il.
Abdrahamane Sissoko

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

L'actu en boucle