mercredi 21 novembre 2018


Le Collège Sahélien de Sécurité (CSS) a servi de cadre le vendredi 19 octobre à la cérémonie de clôture de l’atelier de formation sur « la communication face aux enjeux sécuritaires ». C’était sous l’égide de Chérif Hamidou Bah, point focal du G5 Sahel au Mali.
Durant cinq jours, les séminaristes venus des cinq pays du G5 Sahel, se sont familiarisés avec entre autres  thèmes: « Comprendre le fonctionnement et les enjeux de la gestion de crise ; Se préparer à une gestion de crise médiatique ; Manager son équipe dans un contexte d’urgence ; Créer et répondre aux demandes de la presse ; Savoir contenir les journalistes, Construire des messages cohérents, acceptables pour la presse et en interne, Choisir les canaux adéquats pour toucher des cibles essentiels.» Ces thématiques s’inscrivent parfaitement dans les objectifs de l’organisation commune des pays sahéliens contre le terrorisme.
Le Colonel Thierry Viry, Expert projet du CSS a mis l’accent sur l’importance des diplômes délivrés par la structure. C’est dans ce cadre que le Collège Sahélien de Sécurité a signé une convention avec l’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako. Laquelle est intervenue après celle de l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako. « Les efforts de labellisation se poursuivra avec le Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement supérieur (CMES) », a-t-il ajouté.
Le représentant des stagiaires, le Colonel mauritanien,  Mohamedou El Ethmani, a indiqué avoir été outillé dans la communication avec les médias. Au regard de l’importance de l’enseignement reçu, les participants s’engagent à les mettre en pratique au cours de leur différentes missions.
Le Chérif Hamidou Bah, point focal du G5 Sahel au Mali et représentant du ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, s’est pour sa part, réjouis de l’atteinte des objectifs fixés. En plus d’étudier le fonctionnement du G5 Sahel les séminaristes, selon Cherif Hamidou Bah, ont également été convaincus  que l’absence de communication est fatale pour toute organisation qui s’attache à la qualité.
Vingt cinq participants, composés de trois responsables de sécurité intérieure en charge de mission de communication, un Officier de gendarmerie, un Commissaire de police, un responsable de communication du ministère en charge de la sécurité intérieure, un représentant de la justice et un journaliste, ont pris part à cet atelier. La remise des attestations a mis fin à la cérémonie.


Abdrahamane Sissoko

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle