mercredi 26 septembre 2018

Les milliers de sympathisants  du chef de file de l’opposition ont battu le pavé le samedi 25 à Bamako août pour exiger la « vérité des urnes. » Cela après la proclamation définitive des résultats de l'élection présidentielle par la Cour Constitutionnelle, qui donne IBK gagnant avec plus de 67% des voix.

Leur discours se durcit et leur nombre s’accroit. Les soutiens de Soumaïla Cissé ont de nouveau descendu dans la rue pour dire non à la « fraude électorale », en dépit de l’interdiction de la marche par le gouverneur de Bamako « La prochaine fois nous n’allons pas nous arrêter à la bourse du travail, mais jusqu’à Koulouba (ndlr siège du palais présidentiel) » prévient Diakité Kadidia Fofana, directrice de campagne adjointe du candidat Soumaïla Cissé.   Munies de balaies, des femmes  affirment venir balayer le régime en place. « Au Mali, quand un lieu est sale on se sert du balaie pour le nettoyer » lance une manifestante. Elles assimilent, le pouvoir  à une saleté qu’il faudra l’enlever.
Les différents orateurs qui se sont succédés au pupitre ont tous appelé le peuple à la « résistance. » De leur avis, le vote des maliens a été « spolié. » Et cela est inacceptable, martèlent-ils.  Le représentant du Chérif de Nioro a invité le peuple à lutter contre le régime IBK. « IBK a failli et  n’a pas été élu par le peuple », a-t-il conclu. De la place de la liberté à l’esplanade de la bourse du travail, les manifestants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir. Ils estiment que  c’est « Soumaïla Cissé, le président de la République » et affirment se battre jusqu’à l’éclatement de la vérité. Le candidat de l’opposition a lui-même appelé les maliens à une mobilisation pacifique contre la « fraude électorale. »

La marche a été encadré par un impréssionnant dispotif de sécurité. Aucun incident n'a été signalé.


Abdrahamane Sissoko

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle