mercredi 26 septembre 2018


Pour le chef de la mission d’observation de l’Institut Africa Solidariti (IAS), l’ex-Premier ministre et homme politique togolais, Kodjo Messan Agbéyomé, les opérations de vote du second tour de la présidentielle se sont bien déroulées. Il n’a noté ni de fraude ni de cas de bourrages d’urnes.
Composé de plusieurs personnalités aux profils différents du Burkina Faso, de la Cote d’Ivoire, du Cameroun, du Gabon, du Togo, du Tchad et du Benin, la mission d’observation de l’IAS était face à la presse le mercredi 15 aout 2018 à l’Hôtel de l’Amitié pour l’analyse préliminaire du scrutin présidentiel du 12 aout 2018. C’était en présence du chef de mission Agbéyomé Kodjo, ancien mission ministre de l’Administration territoriale et de la sécurité du Togo, ancien Premier ministre, ancien président de l’Assemblée Nationale et ancien candidat de l’opposition à l’élection présidentielle au Togo, Drissa Sanogo, le secrétaire exécutif de la mission et Thomson Oumar Belem, président exécutif de l’Institut.
« Pour l’ensemble des deux scrutins, la délégation a déployé ses observateurs internationaux dans la ville de Bamako et dans les régions de Ségou et de Koulikoro pour la supervision du processus électoral et s’assurer du respect des règles procédurales en matière d’égalité de traitements des candidats, de la régularité des opérations de vote, du dépouillement afin de porter un jugement précis et en toute impartialité », a précisé le chef de la mission Agbéyomé Kodjo.
Selon lui, après la vérification de la démarche entreprise par le gouvernement et les institutions impliquées dans l’organisation de l’élection présidentielle 2018 ainsi que l’observation des deux scrutins de l’élection du président de la République, la délégation de l’IAS n’a constaté aucun cas de fraude, ni de bourrages d’urnes.  « Elle a noté avec satisfaction l’égalité des traitements des candidats du 2ème tour dans les médias d’Etat et relève un déséquilibre de traitement au niveau de la presse privée » a-t-il déclaré.
Par ailleurs, la délégation indique qu’une fois arrivée à Bamako, l’IAS a pris contact avec les institutions impliquées dans le processus électoral, notamment des membres du gouvernement, dont le ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation, la commission électorale nationale indépendante (CENI) et la Cour constitutionnelle.  « En outre, elle a également   échangé avec des diplomates, des leaders des partis politiques, des parlementaires et ceux de la société civile et a également pris part au déroulement des campagnes de certains candidats » a ajouté M. Agbéyomé Kodjo.
Il faut noter que la délégation a déployé 20 observateurs internationaux sur le terrain pour le déroulement du 1er tour et 10 sont restés sans discontinuer pour le second tour.                                                                     Lamine BAGAYOGO (stagiaire)

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle