lundi 24 septembre 2018

Le secrétaire général du forum africain des éditeurs de presse, Makan Koné, était face à la presse le mardi 6 août pour affirme-t-il, condamner et exiger la réouverture sans condition de la radio « Renouveau FM ».
La  fermeture de  la radio « Renouveau F » par le gouverneur du district de Bamako continue de faire couler beaucoup d’encres et de salives. Le forum africain des éditeurs de presse, à travers son secrétaire général, Makan Koné,   monte au créneau  et tape du point sur la table. En plus de condamner la fermeture de la radio, l’ancien président de la maison de la presse « exige la réouverture sans condition de la radio. » Toutefois, il a invité les confrères d’observer la situation jusqu’au mercredi. Au cas où  elle ne sera pas ouverte dans la semaine, la presse se réserve le droit d’engager une opération d’envergure qui  peut aller jusqu’au boycotte du second tour de l’élection présidentielle.
De l’avis de  M. Koné, la fermeture de la radio est illégale dans la forme et dans le fond. « C’est une décision mauvaise et maladroite », a-t-il commenté. D’après M. Koné, c’est le chef de gouvernement qui a donné ordre au gouverneur du district de fermer la radio. Cela sans pour au préalable informer ni le ministre de la Communication et de l’Economie numérique encore moins la Haute autorité de la communication (Hac).
Cependant, poursuit  le directeur de Publication de l’hebdomadaire « Nouvelle Libération », cette décision de fermeture ne doit surprendre personne. Car prévient-il, « c’est l’heure de la répression qui a sonné. »  C’est pourquoi, il invite les confrères à aller jusqu’au bout, pour que plus jamais de pareille  chose ne se répète plus  au Mali.
A titre de rappel, la radio a été fermée, le 2 août, jusqu’à nouvel ordre suivant  décision n°0214/GDB.CAB du gouverneur du district de Bamako. Cela en vue de « préserver l’ordre et la tranquillité dans le district de Bamako »
Abdrahamane Sissoko

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle