mardi 23 octobre 2018


Au lendemain de l’élection présidentielle, les membres de la Coalition pour l’Observation Citoyenne des Élections au Mali (COCEM) œuvrant pour des élections apaisées au Mali ont animé une conférence de presse lundi 30 juillet à l’hôtel Maeva. Cette sous l’égide de Maiga Fatoumata S. Dicko.

« Notre but ultime c’est d’éviter la fraude électorale »  a déclaré la Présidente de la coalition Mme Maiga Fatoumata S. Dicko. C’est ainsi  qu’elle a égrené la liste des  localités où le vote n’a pu se tenir. D’après elle,  8 urnes ont été emportées à  Gourma Rharous dans la nuit du 28 au 29 juillet. Dans la commune de Dianké dans le cercle de Niafunké, des individus ont saccagé des bureaux de vote et pris le matériel électoral. Une attaque contre des centres de vote dans le cercle de Douentza au cours des premières heures du scrutin ont causé la destruction du matériel desdits bureaux et l’interruption du vote.
Dans la région de Kidal, des tirs d’obus près du village d’Aguelhok ont été signalés sans faire des victimes. L’incident a provoqué la fermeture de centre de vote à la mi-journée. Des individus ont attaqué des centres de vote dans le cercle de Niono, région de Ségou, causant la destruction du matériel électoral et l’interruption du vote. Le vote n’a pas pu avoir lieu dans le village de Massabougou, région de Ségou où des informations montrent que les cartes d’électeur de ce village n’ont jamais été distribuées et se trouvent introuvables.
Par ailleurs, la COCEM note que le 1er tour de l’élection présidentielle du 29 juillet s’est déroulé globalement de manière satisfaisante malgré les incidents rapportés. Au regard des observations récoltées, la COCEM a également formulé des recommandations dont la finalisation de la centralisation des résultats et leur publication dans les plus brefs délais, l’abstinence des partis politiques à toute déclaration de résultats relatifs au vote avant l’annonce officielle des résultats et la publication des résultats de bureau de vote par bureau de vote.  Ce qui contribue à une transparence sur l’agrégation des résultats et lève tout type de doute sur son intégrité.
Pour rappel, la COCEM  est le fruit d’une plateforme de 5 d’organisations de la société civile dont l’AMDH, mise en place pour promouvoir la démocratie malienne et contribuer à la fortification de l’État de droit à travers leur engagement dans des activités d’observation électorale.
Mamoudou Sacko
Stagiaire

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle