mardi 23 octobre 2018


Demander des bénédictions et des prières des notables de Banamba, Touba et Koulikoro pour un Mali en paix. Tel était l’objectif d’une visite de courtoisie du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, dans la 2ème région du pays, le mercredi dernier. Une consultation qui  «n’a rien à voir avec la campagne présidentielle », souligne le président IBK, à travers ses porte-paroles sur place.
Accueilli par une liesse populaire et les honneurs dus à son rang, tout au long de son périple en deuxième région, le président IBK s’est senti adoubé par les populations qui lui ont réaffirmé leur soutien.
« Nous, on ne sait pas trahir et on ne va jamais trahir le président de la République », c’est en ces termes que le chef de village Djibril DIARRA de Koulikoro a accueilli son hôte. Une manière d’affirmer que leur soutien de 2013 sera reconduit le 29 juillet. « IBK est le père de la nation, mais il est le fils du pays », a conclu le vieux DIARRA. Une phrase pleine de sens !
Le chef de village s’est fait compléter par le président du Réseau des communicateurs traditionnel (RECOTRAD), Magassouba Kouyaté,en ces termes : «notre région a eu une chance qu’aucune autre région n’a eu dans ce pays», parlant de la route Koulikoro-Bamako. Pour lui, le trajet prenait banalement 1 heure ou 2, contrairement à nos jours où la même distance est faisable en 30 minutes.
RESPECT ET CONSIDERATION
Au cours de cette visite d’appel à la prière et aux bénédictions pour notre pays, comme le disait les proches du président, IBK a sillonné d’abord Banamba et Touba pour ensuite se rendre dans la ville du Nianan. A 11 heures du matin encore, la grande mosquée de Banamba refusait du monde. Les sages et les érudits ont envahi les lieux pour accueillir IBK et sa suite.
Aussitôt le candidat IBK a fait son apparition dans la mosquée ce fut les salutations d’usage et de bienvenue, c’est la «fat-ha » tenue par l’Imam. Après les prières pour le pays, le cortège présidentiel s’est transporté, pour le même rituel, à Touba.
PROGRES ET DEVELOPPEMENT
« J’ai simplement le droit et la légitimité si les Maliens le veulent de me donnent un second mandat. Qui va permettre de poursuivre ce qu’on a commencé. Mais le plus important pour moi, c’est la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation et aussi le développement», s’est confié le président IBK. En guise de preuve de développement, il cite la route deux fois deux voies qui rallie la 2ème région au district de Bamako et qui, pour lui, est un exemple frappant de développement.
Par rapport à la sécurité du Nord, IBK indiquera qu’aujourd’hui, le Mali est à Kidal. Les forces armées maliennes présentes sur place sont au coude à coude avec les anciens groupes armés. « Il n’y a plus de belligérance au Mali, c’est un progrès qu’on doit noter», affirme-t-il. Avant de poursuivre en ajoutant: « Je ne cours pas après le pouvoir, mais après les projets, après l’ambition pour le pays. C’est tout !», conclut-il.
Mariétou DOUCOURE

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle