lundi 24 septembre 2018

Réuni en session ordinaire le vendredi 27 avril 2018 sous la présidence d’Ibrahim Boubacar KEITA, président de la République, le Conseil des ministres a convoqué le collège électoral.


Depuis son arrivée à la tête du gouvernement en fin décembre 2017, Soumeylou Boubèye Maïga a rassuré les Maliens et les partenaires du Mali de la tenue des élections générales dans les délais constitutionnels. Nonobstant ses assurances, certains esprits malins tentaient de semer le doute dans l’esprit des citoyens. Voilà que tout est clair. Le conseil des ministres du vendredi a levé toute équivoque au sujet de la tenue de la présidentielle le 29 juillet 2018. En effet, sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le Conseil des ministres a adopté un projet de décret portant convocation du collège électoral, ouverture et clôture de la campagne électorale à l’occasion de l’élection du président de la République. Selon le communiqué du conseil des ministres, «Le collège électoral est convoqué le dimanche 29 juillet 2018, sur toute l’étendue du territoire national et dans les missions diplomatiques et consulaires du Mali, à l’effet de procéder à l’élection du président de la République. Si aucun candidat n’obtient la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour, un second tour de scrutin aura lieu le dimanche 12 août 2018. La campagne électorale à l’occasion du premier tour est ouverte le samedi 07 juillet 2018 à zéro heure. Elle est close le vendredi 27 juillet 2018 à minuit. La campagne électorale à l’occasion du second tour, s’il y a lieu, est ouverte le lendemain de la proclamation des résultats définitifs du premier tour. Elle est close le vendredi 10 août 2018 à minuit. Le projet de décret adopté est initié en tenant compte des exigences constitutionnelles et des délais fixés par la loi électorale en matière de convocation du collège électoral, d’ouverture et de clôture de la campagne électorale à l’occasion de l’élection du Président de la République».
Comme les bonnes nouvelles ne viennent jamais seules, à la veille du Conseil des ministres, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga avait reçu la Commission d’experts chargée de l’audit du fichier électoral. Laquelle commission a, dans son rapport, manifesté sa satisfaction en affirmant que le Mali a l’un des meilleurs fichiers électoraux en Afrique. «Sur la base des résultats des analyses et des investigations auxquels sont parvenus les experts, le Comité d’audit conclut que le fichier électoral du Mali, contenant 8000462 électeurs répartis dans 23 041 bureaux de vote, est suffisamment fiable pour permettre la tenue des élections générales de 2018», précise le rapport.
Faut-il le rappeler, l'audit du fichier conduit par l'Organisation internationale de la Francophonie et des experts nationaux, à la demande du Gouvernement du Mali, vise la restauration et le renforcement de la confiance des acteurs impliqués dans le processus électoral. Ce qui est du reste un acquis.
En tout cas, les minutes ayant suivi l’appréciation du fichier électoral et la convocation du collège électoral ont donné de la sueur froide à certains politiques à la recherche des prétextes pouvant jeter le discrédit sur le processus électoral enclenché.
Oumar KONATE

La preuve

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle