vendredi 15 décembre 2017

Le feuilleton judiciaire qui concerne la personne de Ras Bath continue. Lundi 27 novembre 2017, il sera présent à la Cour d’Appel de Bamako. Cela fait suite à la décision de ses avocats qui ont dit non au délibéré du tribunal de Grande Instance de la Commune IV.

Ce tribunal dans le dossier ‘’ incitation à la désobéissance des troupes’’ avait condamné Ras Bath à une année d’emprisonnement ferme plus 100.000 francs d’amende. La sentence est tombée alors que l’intéressé se trouvait en France dans le cadre de la campagne contre le projet de révision constitutionnelle au nom du CDR et la plateforme AN TE A BANNA dont il était le porte-parole.
Le peuple juge le procès Ras Bath de jugement politique compte tenu de sa ‘’langue serpentine’’ qui démasque, sabre, avec la dernière rigueur, les cas de mauvaise gouvernance au Mali. Ras Bath est aujourd’hui, aux yeux des gouvernants, une menace pour leur maintien au pouvoir. Depuis un certain temps, il sillonne le Mali, le monde entier dans le cadre de sa nouvelle vision pour un Mali prospère sous l’appellation ‘’Alternance 2018. Ma carte NINA, mon arme’’. Il étale les déboires du régime, les combines pour 2018 et appelle le peuple à s’assumer car sa survie dépendra de son choix de l’homme qu’il faudra pour gérer le Mali à partir de 2018. Il insiste sur la carte NINA, le fichier électoral qui d’ailleurs est douteux quant à sa fiabilité. Donc il y a lieu de donner l’alerte afin de fédérer les efforts et échapper à la fraude électorale en 2018.

Le feuilleton judiciaire Ras Bath a commencé par le motif de délit de droit commun. Le ministre de la justice et le procureur près la cour d’appel de Bamako à l’époque ont clairement évoqué que Ras Bath n’est pas journaliste. Et ils ont retenu des charges contre lui sans le consentement de ceux-là cités dans le dossier. Il s’agit de Ami Kane, gouverneur du District, Daniel Tessougué, ancien PG, Sadou Diallo, ancien maire de Gao etc. au regard du refus de ces derniers à servir de bouclier de combat, le régime a requalifié les faits et cette fois-ci dans un contexte de délit de presse. D’où le motif ‘’incitation à la désobéissance des troupes’’. Cette accusation fait suite à des émissions lors desquelles Ras Bath a dénoncé les comportements de certains chefs militaires qui bouffent dans la somme réservée à la ration alimentaire des militaires engagés au front pour le salut du Mali. 
Le lundi 27 novembre est un autre jour. Attendons de voir.

Source: Le Pays

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle